La laïcité française en crise : La Miviludes met-elle en danger les libertés individuelles ?

Sezione:
Thierry Valle

Par Thierry Valle, Président CAP Liberté de Conscience

En Janvier 2002, j’écrivais en introduction de « La nouvelle chasse aux sorcières » :

« Il est manifeste qu’un courant d'intolérance traverse la France et gagne l’Europe. Il nous rappelle les plus sombres périodes de notre histoire. Le spectre de Vichy nous guette. .. Cette intolérance étatisée que nous vivons aujourd'hui dans notre pays dit 'des droits de l'homme', marque le début de la réelle pri-vation de la liberté, celle de la pensée... qui, si nous perdons notre vigilance, ouvrira la porte au totalitarisme. »

13 ans après la normalisation se confirme…

« On parle beaucoup des droits de l’homme pour les autres pays, jamais à propos des français. Il est admis une fois pour toute qu’en France, la question ne se pose pas et que chaque citoyen y jouit pleinement de ses droits garantis par la Constitution. Sur cette belle garantie de papier, les français dorment comme des loirs, en attendant sans doute un réveil tardif sous une douche glacée. Il y a quelque chose de pire que l’esclavage : c’est l’illusion de la Liberté…

Un esclave ronge son frein, tire sur sa chaîne, guette patiemment la défaillance du tyran tout en préparant ses forces. Mais un « parqué » qui se croit libre dégénère béatement dans son confort mental, tout surpris de se cogner à un mur quand par hasard il veut sortir de l’espace réglementaire. »La France, et bon nombre de démocraties ont actuellement mis sur pieds le meilleur des outils de réglementation, la normalisation qui consiste à ne pas choquer ‘l’Ordre moral’… conduisant à l’auto-censure, aboutissement des dictatures.

Un des signes interpellant est qu’en France la première réaction lorsque l’on dit quelque choses est : ‘qui a dit ça’ ? En Suisse par exemple, on pose plutôt la question ‘quoi’… Conduisant chez nous à mettre en avant les a-prioris.

Je me souviens des mots que notre représentant national Hollande prononça lors de son ‘intronisation’ : « je serai un président normal »…

Ceci m’a beaucoup interpellé, Normal ? mais par rapport à quoi, à qui ? De quelle Norme parlait-il ? Qui lui donnait la norme qu’il devait appliquer à la France ?

Et puis, qui dit ‘Norme’ dit normalisation, pensée unique, normose que nous représentent si bien nos média oligarchiques…

Force est de constater que nous sommes donc dans un pays normal, qui s’appuie sur un Etat ‘normalisateur’ chargé de manipuler nos pensées et nos conduites tels les radars et autres caméras de surveillances, qui, à force de nous demander d’obéir conduisent à des réflexes de soumission.

Tag