La Miviludes sait qu’elle ment !

Par Jean-Luc Maxence — C’est après avoir publié l’article « Rebelles et fake news » que l’association CAPLC (Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience) nous a contactés, et nous a fait parvenir un courrier qui leur avait été adressé par l’actuel Président de la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), en réponse à des questions qui lui avaient été posées quant aux sources des chiffres annoncés par les services du Ministère de l’Intérieur en lien avec le « renforcement de la Miviludes ».

UNADFI signalé à la Cour nationale des comptes française

Notre associée française CAP LC (Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience, ONG avec statut consultatif ECOSOC) a dénoncé l'UNAFDI à la Cour nationale des comptes française. CAP LC a dénoncé à plusieurs reprises la conduite de mouvements anti-sectes visant à limiter l'activité des minorités religieuses qu'ils détestent, voire à les éliminer comme l'exige la controversée loi française About-Picard (loi 2001-504 du 12 juin 2001), ou la loi russe Yarovaya sur l'extrémisme.

Un nouveau livre sur « La Famille »

par Massimo Introvigne — Après le livre de Suzanne Privat, voici qu’un autre journaliste, Nicolas Jacquard du Parisien, publie un livre sur la communauté chrétienne française d’origine janséniste dite « La Famille » (Les inspirés, Paris : Robert Laffont, 2021). Ce livre est bien plus ambitieux que celui de Privat, l’auteur ayant effectué notamment un travail considérable de lecture des sources académiques sur le ancêtres jansénistes de La Famille.Il faut aussi le remercier pour avoir soulevé plusieurs questions qui n’étaient pas abordées dans la littérature précédente sur ce sujet peu connu. Le livre demeure toutefois l’enquête d’un journaliste, qui est par définition autre chose d’une étude académique, et d’un journaliste français. Ce qui veut dire qu’il partage une certaine attitude méfiante typique de la société, de la politique, et des médias français à propos des groupes qualifiés de « sectes » ou au moins soupçonnés de « dérives sectaires ». Cette attitude conduit aussi à privilégier les informations venant des « apostats ».

Les théories du « lavage de cerveau » sont-elles de retour ?

par Massimo Introvigne — Dans le quatrième article de cette série, nous avons vu comment l’action combinée des spécialistes des nouveaux mouvements religieux et des tribunaux a marginalisé les théories du « lavage de cerveau » et leur utilisation comme arme juridique contre les « sectes ». L’idée que les « sectes » pratiquent la manipulation mentale ou le « lavage de cerveau » a survécu dans les médias populaires et a inspiré des lois et des décisions de justice en dehors des États-Unis, notamment en France. Cependant, les arguments formulés par une grande majorité des principaux spécialistes des nouveaux mouvements religieux, et mentionnés dans la décision Fishman, ne concernent pas uniquement les États-Unis. Le « lavage de cerveau » et la manipulation mentale restent des concepts rejetés comme pseudo-scientifiques par une grande majorité des spécialistes de la religion (bien qu’acceptés par une minorité, et par certains psychiatres et psychologues qui ne sont pas spécialisés dans la religion). Dans la seconde moitié des années 1990, James T. Richardson, qui avait joué un rôle important dans la critique des théories anti-sectes du « lavage de cerveau », a recensé systématiquement avec quelques collègues toutes les affaires judiciaires américaines où le mot « lavage de cerveau » apparaissait.

La Miviludes sait qu’elle ment !

Par Jean-Luc Maxence — C’est après avoir publié l’article « Rebelles et fake news » que l’association CAPLC (Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience) nous a contactés, et nous a fait parvenir un courrier qui leur avait été adressé par l’actuel Président de la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), en réponse à des questions qui lui avaient été posées quant aux sources des chiffres annoncés par les services du Ministère de l’Intérieur en lien avec le « renforcement de la Miviludes ».

UNADFI signalé à la Cour nationale des comptes française

Notre associée française CAP LC (Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience, ONG avec statut consultatif ECOSOC) a dénoncé l'UNAFDI à la Cour nationale des comptes française. CAP LC a dénoncé à plusieurs reprises la conduite de mouvements anti-sectes visant à limiter l'activité des minorités religieuses qu'ils détestent, voire à les éliminer comme l'exige la controversée loi française About-Picard (loi 2001-504 du 12 juin 2001), ou la loi russe Yarovaya sur l'extrémisme.